Un sous-bois à Paris

Les espaces végétalisés jalonnant le passage ont été confiés à l'architecte-paysagiste Michel Desvigne, qui a imaginé un poumon vert composé d'une palette de plus de soixante variétés d’arbres, plantes et fleurs parmi lesquels : pin sylvestre, erable du Japon, amélanchier, bouleau de l’Himalaya, mais aussi des fleurs à bulbe blanches et bleues choisies et arrangées pour former des chromies charmant l'œil. Un travail, pensé en étroite collaboration avec l’architecte Franklin Azzi, a prévalu au choix et à l’emplacement des essences. Celui des œuvres d’art fut aussi minutieusement considéré. Les contraintes d’aménagement telles que soulignées par la notice paysagère initiale, préconisaient de planter seize arbres de haute tige. Michel Desvigne et son équipe en planteront vingt-cinq en pleine terre. Feuillages persistants ou changeant de couleurs selon les saisons, amples spectres de floraison, permanence et modulation des tapis végétaux par îlot : le paysage vert de Beaupassage plante un décor sensible modelé par la “fausse topographie naturelle” du site-même. Un défi, un jeu pour un jardin urbain en pleine terre et en pleine ville.